Créer du sens et de l’analyse (à l’oral et à l’écrit) en collaboration autour d’un poème d’amour du XVIe siècle.

Les élèves de 4e ont commencé leur année scolaire en français par le thème « Dire l’amour » abordé dans la poésie du Moyen-Âge à nos jours. Au cours de ce premier objet d’étude, ils ont été amenés à travailler une semaine en groupe sur un projet collaboratif autour d’un poème issu du XVIe siècle.
Chaque groupe a travaillé sur un poème en particulier parmi les suivants :
Louise Labé, « Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie », 1555.
• Ronsard, « Marie, qui voudrait votre beau nom tourner... », 1555.
• Ronsard, « Marie, vous avez la joue aussi vermeille... », 1555.
• Clément Marot, « Le dizain de neige », 1533.
• Du Bellay, « Sonnet 91 », Les Regrets, 1558.
Ils ont ensuite discuté, analysé et interprété le poème et ses enjeux (à l’aide de quelques indices et outils que je leur ai fournis) afin d’en préparer la présentation orale dynamique à la classe. Ce travail à l’oral a donné lieu à un affinement par la critique constructive et les conseils de l’ensemble de la classe.
Une fois ce retour oral effectué, chaque groupe a eu pour tâche de recopier sans erreur le poème, de l’accompagner d’une explication développée et structurée ainsi que d’une transposition sous forme de planche de bande-dessinée, témoignant du sens du texte et de sa dimension amoureuse.
Le résultat de ce projet est un ensemble de grandes affiches offrant en cohérence le poème, son explication et sa version adaptée en planche de bande dessinée.

Adeline HURET

Modèle présenté aux élèves

modèle