Rendre compte de manière créative, coopérative et originale de sa lecture cursive de la Prose du Transsibérien ou de la petite Jehanne de France de Blaise Cendrars.

La Prose du Transsibérien ou de la petite Jehanne de France est la première lecture cursive menée en classe de première cette année scolaire. Elle accompagne la lecture intégrale des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire et s’inscrit dans le Parcours « L’alchimie poétique : la boue et l’or ». Il s’agissait d’ouvrir vers le XXe siècle la réflexion sur la transfiguration poétique du commun ou du sordide opérée par les poètes de la modernité. Les élèves ont ainsi pu comprendre la façon dont des poètes tels que Cendrars ou encore Ponge s’inspirent et se saisissent de cette transfiguration à leur manière, dans leur contexte historique, social ou personnel respectifs.
Concernant Cendrars, cette compréhension de l’alchimie poétique à l’œuvre dans le poème en vers libres est passée par la créativité et la collaboration autour d’un projet à la manière de celui réalisé par le poète avec Sonia Delaunay. Après un bref travail mené en classe autour de l’auteur et de ses différentes influences littéraires (notamment son rapport étroit avec les milieux avant-gardistes et l’Esprit Nouveau), les élèves de première ont découvert le premier « livre simultané », « livre-vertical » réalisé par nos deux artistes. La peinture accompagne le poème, retrace les sensations, sentiments, doutes et dégoûts du voyage de l’adolescent de seize ans, assis dans le train allant de Moscou à Kharbine, en compagnie de Jehanne, une fille de joie.
Les élèves ont à leur tour réalisé ce « livre simultané » en choisissant un passage de leur choix dans le poème. Un travail poussé et soigné sur les illustrations (figuratives ou non), sur la typographie et sur la mise en page leur a été demandé, mettant leur créativité certaine au service de la production d’un sens sur le texte. Cette réalisation a naturellement fait l’objet d’un travail de justification des choix artistiques opérés ainsi que d’une d’expression argumentée d’un avis personnel sur l’œuvre.
Le résultat est un gigantesque livre-vertical constitué par l’ensemble des élèves de la classe, et retraçant, à travers leurs différents regards et univers mentaux, le voyage de l’adolescent qu’était Cendrars. Les élèves pourront, s’ils le souhaitent présenter cette œuvre à leur oral de français.

Adeline HURET