La lecture cursive en seconde : les nouveaux programmes de lycée insistent sur la nécessité pour les élèves d’apprendre à s’approprier leurs lectures. Je travaille alors l’appropriation de la lecture par ce que j’appelle la recréation artistique consciente (recréation, car celle-ci s’appuie sur une œuvre source, et consciente car les élèves doivent justifier la pertinence de leurs choix artistiques et de production – la création est libre, mais doit faire sens).
Concrètement, des contraintes sont imposées, comme le domaine artistique, et des exemples sont donnés, mais le travail demeure très ouvert afin de laisser les élèves innover et s’approprier chacun, à leur manière, l’œuvre lue.

k2La lecture cursive n°1 : l’association de Zoo ou l’assassin philanthrope de Vercors (théâtre) et des « Stratagèmes » issus de L’Art d’avoir toujours raison de Schopenhauer (littérature d’idées, essais).

Pour ce premier projet, les élèves étaient invités à rendre compte de leur lecture par la photographie. Pour ce faire, ils devaient notamment :
- Réaliser des photographies personnelles abouties en lien avec leur lecture de la pièce.
- Mettre en forme leur travail de la manière la moins scolaire possible.
- Analyser les photographies réalisées et justifier leurs choix de production, en intégrant si possible ces analyses et justifications dans la forme même de leur travail.
- Parvenir à intégrer Schopenhauer dans le travail, d’une manière ou d’une autre – anachronismes autorisés, pour les besoins du travail.
- L’utilisation des réseaux sociaux était valorisé, sans être contraignant.

J’ai ainsi eu la chance d’évaluer :k1
→ Un site internet comprenant un magazine retraçant l’histoire du procès, le compte twitter de Schopenhauer ainsi qu’un journal télévisé fictif.
→ le Journal de bord fictif de Templemore, documentant le procès dans son journal à l’aide de son ami Schopenhauer.
→ Différentes présentations, incluant notamment un ensemble de photographies symboliques interprétant par l’image le questionnement philosophique de l’œuvre.
→ Un journal de Presse.
→ Le compte instagram d’un personnage de la pièce.
→ La reproduction d’un extrait du procès au Tribunal de Djibouti…

Deux autres projets encore en phase de maturation :

6e (probable) : création d’un récit collaboratif à choix multiples (sur le principe des LDVELH). Les modalités sont encore en cours de réflexion.

2de (presque lancé) : ce projet n’accompagnera pas une lecture cursive, mais une intégrale – un recueil de nouvelles du XIXe siècle que j’ai compilées. Le but sera dans un premier temps d’apporter un appareillage critique à l’œuvre (1ère de couverture, 4e, notes de bas de page, préface, documents complémentaires, textes échos...), et dans un second temps « d’augmenter » le livre numérique par diverses créations artistiques accessibles par hyperliens (lectures expressives enregistrées, images, photos, etc.). Dans l’idéal, un certain nombre de comités seront créés dans la classe afin qu’ils prennent la main sur tout le travail éditorial (corrections, concertations, mise en page, intégration des liens, appel à projets, etc.).

k3   k4

Jean-Louis KIRALY