Au lycée français, les sciences économiques et sociales (SES) sont enseignées en seconde (enseignement d’exploration),  en Première ES et Terminale ES. Cet enseignement caractérise la série ES qui accueille aujourd’hui près d’un élève du lycée général sur trois (en France et au lycée français de Djibouti). Cette discipline plaira en particulier aux élèves qui s’intéressent aux questions d’actualité et aux problématiques économiques et sociales du monde contemporain. Elle leur permettra de se préparer aux études supérieures grâce à sa démarche pédagogique alternant le temps de la sensibilisation et le temps de l’analyse.

En seconde : un enseignement d’exploration

Cet enseignement d’une heure trente hebdomadaires permet de découvrir de nouveaux champs disciplinaires que sont l’économie et la sociologie. A partir de grandes problématiques contemporaines, les élèves acquièrent des méthodes de travail et des techniques spécifiques : recherches documentaires, statistiques, études de cas, enquêtes, analyses de documents, élaboration d’hypothèses, utilisation de l’outil informatique et d’Internet...Ils se demanderont par exemple si le chômage est du à des coûts salariaux trop élevés ou à une insuffisance de la demande ou encore comment devenons-nous des acteurs sociaux ?...

En première et terminale : un enseignement dominant dans la série ES

Après une approche exploratoire en classe de seconde, l'enseignement des sciences économiques et sociales devient dominant dans le cycle terminal de la série ES (5h de cours par semaine et éventuellement 1h30 d’enseignement de  spécialité en terminale pour un coefficient 7 ou 9 au baccalauréat). En spécialité, l’élève peut en effet avoir le choix entre les « Sciences sociales et politiques », « Economie approfondie » (disciplines enseignées par le professeur de SES)  et « Mathématiques ».

L’enseignement des SES se fixe trois objectifs essentiels

- permettre aux élèves de s'approprier progressivement les concepts, méthodes et problématiques essentiels de trois sciences sociales (la science économique, la sociologie et la science politique). Il s'agit donc ici de contribuer à la formation intellectuelle des élèves en développant l'apprentissage rigoureux de savoirs disciplinaires qui sont, pour l'essentiel, nouveaux pour eux ;

- préparer les élèves à la poursuite d'études post-baccalauréat et leur permettre de faire des choix éclairés d'orientation dans l'enseignement supérieur. Il existe en effet un vaste éventail de cursus dans lesquels la maîtrise de connaissances de base en sciences sociales constitue un indiscutable atout (classes préparatoires, formations universitaires d'économie et gestion, de droit, de sociologie, de LEA, instituts d'études politiques, instituts universitaires de technologie, etc.) ;

- contribuer à leur formation citoyenne grâce à la maîtrise de connaissances qui favorise la participation au débat public sur les grands enjeux économiques, sociaux et politiques. Cette formation citoyenne suppose de s’ouvrir sur le pays d’accueil et de s’appuyer dès que possible sur la réalité djiboutienne.

Au baccalauréat, le candidat aura le choix entre une dissertation et une épreuve composée qu’il devra traiter en 4 heures (ou 5 heures si le candidat a choisi une des deux spécialités enseignées par le professeur de SES). Une aptitude à conceptualiser et à bien s'exprimer à l'écrit, la rigueur dans l'analyse, la curiosité, le questionnement, le goût pour les débats et l'esprit de synthèse font partie des qualités requises pour apprécier les SES et réussir dans la filière ES.

 

Les ressources des deux années de club culture générale sont disponibles à l'adresse suivante Club Culture Générale